Victor Duhayon − HypnothĂ©rapeute & PsychothĂ©rapeute − Rouen

Victor 

DUHAYONï»ż

Thérapeute & Conteur

Auteur, Podcast Host, Formateur

« Moi j’y crois pas. Â»

IDÉE REÇUE #0 :

« L’HYPNOSE, ÇA N’EXISTE PAS VRAIMENT Â»

*Aaah* 
 comme cette douce phrase a pu bercer mes oreilles durant les derniĂšres annĂ©es. Peut-ĂȘtre que c’est quelque chose que vous pourriez dire aussi, d’ailleurs, que « L’hypnose, ça n’existe pas vraiment. Â». Ou bien alors vous ĂȘtes incertains : plutĂŽt que d’annoncer haut et fort votre croyance, vous prĂ©fĂ©reriez savoir si ou ou non, l’hypnose, c’est rĂ©el. Ou bien encore, il est possible que vous soyez de ceux qui sont sĂ©duits par l’idĂ©e, et qui s’aventurent Ă  dire « Ah et bien moi, j’y crois vraiment, Ă  l’hypnose ! Â».


Dans tous les cas, sachez que vous ĂȘtes ici les bienvenu.e.s. Si vous l’acceptez, nous partons dĂšs maintenant en quĂȘte de vĂ©ritĂ©, trouver des certitudes au milieu des «est-ce que c’est rĂ©el ?». Car que vous soyez grandement intĂ©ressĂ©s par le sujet, ou que vous souhaitiez simplement pouvoir briller par votre culture gĂ©nĂ©rale au prochain repas de famille ou au prochain verre entre collĂšgues : vous ĂȘtes au bon endroit. 

IDÉE REÇUE #0

« L’HYPNOSE, ÇA N’EXISTE PAS VRAIMENT Â»

Si nous n’avons pas encore eu l’occasion de nous prĂ©senter, je m’appelle ▾ Victor Duhayon ; je pratique l’hypnose depuis 2015 et suis installĂ© en cabinet libĂ©ral depuis 5 ans Ă  l’heure oĂč vous lisez ces lignes. Si vous voulez en savoir plus sur mon travail, vous pourrez trouver vos rĂ©ponses par ▾ ici. Et sinon, restez donc avec moi, car je me propose de vous offrir un concentrĂ© de science, issu du meilleur de ce que ces annĂ©es m’ont appris.

2. Est-ce que l’hypnose ça existe vraiment ?


Si aujourd’hui nous connaissons la rĂ©ponse, il faut bien comprendre que jusqu’au siĂšcle dernier, RIEN ne nous permettait de savoir si l’hypnose Ă©tait .. vraie.

Tout n’était que croyances, spĂ©culations ou thĂ©ories. 

Hypnose MĂ©decine HypnothĂ©rapeute − PsychothĂ©rapeute − Conte ThĂ©rapeutique

➱ Il a mĂȘme fallu attendre 1949 et cette Ă©tude pour pouvoir rĂ©pondre scientifiquement Ă  la question « L’hypnose n’est-elle pas simplement du .. sommeil ? Â», c’est dire ! Pour prouver que ce n’est pas le cas, Bernard Gorton s’est basĂ© sur plein d’élĂ©ments : amplitude des ondes cĂ©rĂ©brales, rythme respiratoire, circulation sanguine, etc 
 Autant de concret et de terre-Ă -terre qu’il le fallait pour en ĂȘtre sĂ»r et certain. À la suite des travaux de Gorton, d’autres Ă©tudes viendront aussi prouver que l’hypnose est un Ă©tat « Ă  part, unique Â», qui ne ressemble en rien Ă  d’autre Ă©tats modifiĂ©s de conscience. [11]

« L’hypnose n’est ni un sommeil, ni un coma, mais un Ă©tat de veille. Le sujet est Ă©veillĂ©, il est donc conscient ; mais dans un Ă©tat de conscience [
] modifiĂ©, appelĂ© ‘‘conscience hypnotique’’ par rapport Ă  l’état d’éveil ordinaire dĂ©sormais dĂ©nommĂ© ‘‘conscience critique’’. » (Gorton)

➱ Arnold Ludwig, parvient en 1966 Ă  rassembler assez des donnĂ©es dans cette recherche pour prouver que l’hypnose n’est pas un « jeu d’acteur Â». Et non, chers amis, les personnes sous hypnose ne font pas semblant ! Tous ces Ă©lĂ©ments collectĂ©s par Ludwig lui permettront Ă©galement de conclure que physiologiquement, l’hypnose est Ă©galement diffĂ©rente de la mĂ©ditation, de l’effet placebo et des Ă©tats dits « hystĂ©riques Â». [12]


« Cet Ă©tat est diffĂ©rent du sommeil, [
], de l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale du ‘‘mode par dĂ©faut’’ qui caractĂ©rise le sujet ne pensant Ă  rien, de la mĂ©ditation ou des suggestions placebo. Â» (Ludwig)


Hypnose MĂ©decine HypnothĂ©rapeute − PsychothĂ©rapeute − Conte ThĂ©rapeutique
Hypnose MĂ©decine HypnothĂ©rapeute − PsychothĂ©rapeute − Conte ThĂ©rapeutique

➱ Ernest Hilgard permettra de changer le regard sur l’hypnose dans cette Ă©tude, en 1973. Dans cette derniĂšre, il parle de la dissociation (sensation de ne pas ĂȘtre « lĂ  Â», impression de « distance Â» avec soi-mĂȘme, etc ..). Il montre −preuves Ă  l’appui− que ce sentiment provoquĂ©e par l’hypnose n’a rien Ă  voir avec celui qui est observĂ© chez les personnes souffrant de maladie mentale. Ce qui permettra de prouver que l’hypnose est saine pour l’esprit. GrĂące Ă  de multiples tĂ©moignages de patients, il fait une dĂ©couverte qui va au-delĂ  : notre inconscient nous protĂšge contre ce qui pourrait nous nuire, sans mĂȘme qu’on s’en rende compte. De quoi rĂ©pondre Ă  l’idĂ©e reçue sur les dangers de la manipulation par l’hypnose ! [13]


« Le mĂ©canisme de dissociation est banal et normal et s’observe par exemple dans des fonctions automatiques telles que la conduite automobile, le fait de taper Ă  la machine, etc 
 Quant Ă  l’hypnose, elle participe du mĂȘme phĂ©nomĂšne, mais Ă  la diffĂ©rence des autres, elle est provoquĂ©e volontairement et Ă  des fins thĂ©rapeutiques. Â» (Hilgard)


➱ Pierre Rainville, lui, dĂ©montrera en 1999 dans cette Ă©tude que l’hypnose n’est pas une « simple relaxation Â», mais bien plus que ça. Pour cela, il mesure l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale de deux groupes de volontaires. Le premier groupe bĂ©nĂ©ficie d’une sĂ©ance de relaxation ; tandis que le second groupe a droit Ă  une sĂ©ance d’hypnose complĂšte. Ensuite, la main des volontaires est plongĂ©e dans de l’eau trĂšs chaude, Ă  47°C 
 oui oui, vous avez bien entendu ! Les rĂ©sultats montrent que l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale n’est pas la mĂȘme. La relaxation ne provoque que du calme mental et un dĂ©veloppe l’imagination ; alors que l’hypnose dĂ©clenche les mĂȘmes zones du cerveau, mais Ă©galement celles de la mĂ©morisation et de la sensation. Cette Ă©tude prouve que la relaxation et l’hypnose sont diffĂ©rentes, mais aussi que l’hypnose est plus efficace qu’une simple relaxation pour gĂ©rer la douleur. [14]


« Les rĂ©ponses cĂ©rĂ©brales associĂ©es Ă  l’hypnotique sont clairement distinctes, et parfois mĂȘme opposĂ©es, Ă  celles associĂ©es Ă  la [simple] relaxation. L’état hypnotique contribue ainsi Ă  faciliter la rĂ©interprĂ©tation des expĂ©riences perceptives dans l’analgĂ©sie hypnotique Â» (Rainville)


Hypnose MĂ©decine HypnothĂ©rapeute − PsychothĂ©rapeute − Conte ThĂ©rapeutique

✧ Pour rĂ©sumer ces distinctions entre l'hypnose et les autres Ă©tats modifiĂ©s de conscience :

‱ l’hypnose n'est pas du sommeil, ni du rĂȘve

‱ ce n'est pas non plus une sorte de coma

‱ elle n'est pas non plus un jeu d'acteur ou un effet placebo

‱ l'hypnose est diffĂ©rente des Ă©tats mĂ©ditatifs, de la simple relaxation, ainsi que du "mode par dĂ©faut" (quand on ne pense Ă  rien)

‱ c'est plutĂŽt un Ă©tat actif (et pas passif donc), mais diffĂ©rent tout de mĂȘme de notre Ă©veil habituel

‱ la sensation de "ne pas ĂȘtre lĂ " de l'hypnose est bien diffĂ©rente de celle de l'hystĂ©rie (et autres maladies mentales)

‱ en plus d'ĂȘtre sain pour l'esprit, cet Ă©tat permet Ă  notre inconscient de "veiller sur nous" et de nous protĂ©ger

‱ l’hypnose change notre façon de percevoir et de concevoir le Monde qui nous entoure

Alors maintenant qu’on a compris que l’hypnose n’était pas 
 plein d’autres choses,

se pose une question : si on ne la compare pas Ă  d’autres Ă©tats de conscience,

qu’est-ce qu’on sait d’elle ?


Références :

[11] « The Physiology of Hypnosis Â» (Bernard E. Gorton) → DOI : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18147658 & https://doi.org/10.1007/BF01563122


[12] « Altered States of Consciousness Â» (Arnold M. Ludwig) → DOI : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/5330058 & htpps://doi.org/10.1001/archpsyc.1966.01730150001001


[13] « A neodissociation interpretation of pain reduction in hypnosis Â» (Ernest R. Hilgard) → DOI : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/4754053 & https://doi.org/10.1037/h0020073


[14] « Cerebral Mechanisms of Hypnotic Induction and Suggestion Â» (Pierre Rainville & al.) → DOI : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9950718 & https://doi.org/10.1162/089892999563175


Le Cabinet du Conteur − © 2024 − Victor Duhayon